S'identifier - S'inscrire - Contact


Rassemblons-nous pour porter la question culturelle au cœur de la prochaine législature !

Un débat auquel il semble intéressant de participer. Nous tâcherons de vous en fournir un compte rendu. Merci à ceux et celles qui seront présents et qui le souhaitent de nous/vous en faire bénéficier...

Parlons en, le mercredi 23 mai à 18h
Planète Andalucia
59 rue Emile ZOLA

Un débat en présence de :

Claire PESSIN-GARRIC, Vice-Présidente Conseil général de la Seine-Saint-Denis
Jack RALITE, Sénateur de la Seine-Saint-Denis
Jean-Pierre BRARD, Député-maire de Montreuil

-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Parce que l’accès à la culture est un droit fondamental de la personne,
Parce que la culture est un enjeu politique essentiel de résistance au modèle de pensée unique de société inspirée du modèle libéral étatsunien,
Parce que la culture est devenue un des enjeux majeurs de la mondialisation, de la lutte en faveur de la diversité culturelle,
Parce que chaque être est unique, il ne doit pas être noyé dans l’uniformisation que la culture de masse développe aujourd’hui via les médias et la télévision,
Parce que la culture permet l’émancipation des individus
Parce qu’urgence sociale et urgence culturelle sont indissociables

Parce que dans les débats présidentiels l’absence d’un véritable projet culturel a rendu cette urgence inaudible, il faut porter la question culturelle au cœur des législatives.

Le constat est dramatique :

la précarité, la paupérisation du milieu culturel (intermittents, plasticiens, auteurs) menacent la diversité culturelle.
la crise des financements publics remet en cause le soutien à la création
les nouvelles technologies, la récente loi sur Internet posent la question des droits d’auteurs
la place du service public de l’audiovisuel soumis à la concurrence des profits est un enjeu primordial pour pouvoir s’opposer à ce qui, aujourd’hui, constitue une véritable anesthésie de la pensée.
La question de la démocratisation culturelle qui se pose depuis Malraux n’est toujours pas résolue et celle de la démocratie culturelle reste à construire.
La survie du cinéma indépendant est plus que jamais d’actualité
La disparition du Ministère de la Culture et de la séparation de la communication est à l’ordre du jour
Les effets sur les citoyens qui, au final, sont les grands perdants, sont lourds de conséquence: perte de leur autonomie de pensée, de leur capacité à juger par eux-mêmes, de leur liberté et délitement du vivre ensemble.

L’avenir de la création artistique et culturelle et de l’éducation artistique réclame une véritable démocratie culturelle.

La prochaine législature devra faire de cette exigence une de ses priorités sinon nous continuerons de nous plonger dans la récession artistique et culturelle, dans les « diktats » de l’audimat et des sondages et donc dans une démocratisation culturelle qui garantit l’accès aux « produits culturels » stéréotypés imposés par les grands medias notamment l’audiovisuel.
Au contraire la démocratie culturelle doit garantir l’émancipation des citoyens en leur permettant de se forger leurs goûts, leurs envies, leurs désirs et leurs plaisirs. A ce titre elle est un des éléments déterminants de la démocratie sociale et de la démocratie.

Ce travail législatif de veille, de contrôle et de lois d’initiatives parlementaire devra aborder notamment 5 grands dossiers.

Le statut des artistes plasticiens.

Les politiques publiques par la seule politique de commande, qui doit être poursuivie, maintiennent les artistes plasticiens dans le non salariat, des droits sociaux totalement insuffisants et donc la précarité et la misère.

Une loi d’orientation et de programmation pour la culture.

Cette loi devra aborder :

La question des droits sociaux qui devra revenir sur la réforme de l’assurance chômage des professionnels intermittents
Les financements et les moyens
La place et le rôle des institutions culturelles
Le développement et l’exposition de la pratique amateur
Le soutien et la défense de la distribution indépendante : cinéma, librairie, disquaire…
Une véritable politique en direction des publics
L’indispensable éducation artistique à l’école


Une loi d’orientation et de programmation pour l’audiovisuel public ;

La situation de l’audiovisuel public est préoccupante. Il ne fait que renforcer le secteur privé en véhiculant la culture de l’audimat et du sondage.

Il est grand temps d’affirmer la place et le rôle du service public et ses rapports avec le marché – l’exception culturelle contre l’avènement de la seule libre concurrence


Remise à plat de la loi DADVSI sur le droit d’auteur en défendant la copie privée et en faisant des nouvelles technologies comme internet le futur de la démocratie culturelle.


Une véritable loi d’orientation et de programmation pour la recherche.

Ces propositions, ces débats, ces projets législatifs sont nécessaires pour redonner sa vitalité à la démocratie, à la citoyenneté, à la lutte contre l’exclusion et les discriminations. Ils doivent garantir l’exception et la diversité culturelle, la liberté, l’égalité et la fraternité entre les peuples du monde.


Les premiers signataires de cet appel :


Version imprimable | Politique | Le Jeudi 17/05/2007 | Lu 1685 fois



Centre média local de Seine-Saint-Denis

Centre média local de Seine-Saint-Denis (CML93), animé par Riv'Nord et Rapsode


Audios / Vidéos

Répertoire des productions audio et vidéo à écouter ou regarder en ligne